La journée avait commencé comme toutes les autres. Mon grand frère faisait un boucan pas possible dans la cage d'à coté alors que moi je mangeais bien tranquillement mes cacahouètes calée dans mon foin.

J'avais passé une bonne partie de la nuit à courir dans ma roue et j'étais un peu fâtiguée. J'avais prévu une bonne sieste pour la suite.

Soudain, l'un des humains qui prenait soin de nous est arrivé. Il n'étais pas seul. Il y avait deux autres humains avec lui, une petite et un très grand que je n'avais encore jamais vu. Je suis montée dans ma roue et les ai suivi des yeux. Ils s'agitaient et parlaient dans cette langues bizarre que je ne comprends pas. Honnêtement entre nous, nos cris sont bien plus simples à distinguer et plus rapides à interpréter.

Pfff ces humains !!!

Les deux inconnus ont longuement regardé dans nos cages respectives. Mon frère a continué à courir et courir encore dans sa roue. Il a toujours aimé courir !

J'ai regardé ces humains avec encore plus d'insistance. La femme, plus petite avait une petite lueur triste dans le regard mais en même temps elle avait l'air très douce. L'humain plus grand lui faisait un sourire. Ils m'ont plu.

Et puis ils ont fait un signe dans ma direction et sans que je ne m'en rende compte l'humain qui nous donnait à manger m'a attrapée et posée das les mains de la petite femme.

J'ai eu très peur au debut, et je me suis aggripée à elle pour ne pas tomber. Elle a murmuré des paroles douces et m'a caressé derrières les oreilles. C'était agréable. Puis le soigneur m'a reprise et mis dans une boîte en carton. J'ai poussé quelques petites cris et senti qu'on me transportait mais la boite est restée fermée.

 

Quelques temps plus tard la boîte s'est doucement ouverte et la même main qui m'avait prise plus tôt est revenue me chercher. Je suis sortie et j'ai planté mon regard droit dans celui de la petite humaine. Ell avait l'air tellement douce que je n'ai pas eu peur. Je me suis blottie contre elle et je l'ai laissé me faire des gratouilles si agréables.

Et puis, comme j'étais fort intriguée par ce nouvel environnement, j'ai voulu aller explorer. Mais là il y avait toujours sa main pour m'epêcher de passer. Du coup je n'ai quasiment rien vu.

Quand tous les mouvements se sont arrêtés on m'a remise dans ma boîte pour un petit moment. Et puis, une fois de plus, la main est venue me chercher et j'ai eu le droit à des caresses. Quand j'ai voulu à nouveau me balader, la main m'a déposée sur une litière propre. J'étais à nouveau dans un cage ! Mais j'avais de la chance : il y avait un élément que je connaissais : la roue. Ils avaient pensé à en installer une. Aussitôt je suis montée dedans. Là je savais que j'étais en sécurité.

Les humains sont restés un moment prèsde ma cage à me parler, à me regarder. Il y a un mot que j'ai souvent entendu dans leur bouche c'était" Patate". Je suppose que c'est comme ça qu'ils m'ont appelée !